la politique
expliquée aux enfants
(et aux autres)

un livre de Denis Langlois

les médias en parlent


LE FIGARO.FR, 2 avril 2017, article de Sandra Franrenet "Comment parler de politique aux enfants ?"

Campagne présidentielle oblige, Denis Langlois et Marlène Schiappa donnent des conseils pour aborder la politique avec nos rejetons ultrapolitisés.

.

LE PÈLERIN, 6 avril 2017, "Election présidentielle : 6 pistes pour ne pas se fâcher en famille ! (Parler avec les enfants)"

Lorsque la campagne présidentielle fait irruption entre la poire et le fromage, les repas de famille risquent de tourner au pugilat. Pourquoi est-ce si difficile de parler politique avec ses proches ? Voici quelques pistes pour vivre l’élection sans se fâcher.
.


Dessin de Colcanopa .

Parler avec les enfants
Ils entendent leur parents en discuter, attrapent des bribes d’information à la radio, connaissent les noms et les visages des candidats… Dès leur plus jeune âge, les enfants ne sont pas imperméables à la politique mais que comprennent-ils vraiment ? « Il est indispensable de répondre à leurs questions, insiste Denis Langlois, auteur de la Politique expliquée aux enfants. Cet apprentissage fait partie de leur construction. Il faut leur expliquer que chacun a des opinions et que le débat est important. » Enfin, la campagne électorale est aussi l’occasion d’expliquer aux enfants la vocation de la politique de s’occuper de l’avenir du pays.

.

L’EXPRESS.FR, 2 avril 2017, article de Caroline Franc Desages "Comment parler de politique à ses enfants"

En ces temps de campagne électorale, la politique est de toutes les conversations ou presque. De quoi aiguiser la curiosité des enfants. Mais il n’est pas toujours simple de trouver les mots pour répondre à leurs questions.

Rose a huit ans. Elle est passionnée par la série Soy Luna, aime jouer aux Barbies, dessiner et écouter les Kids United pour le plus grand bonheur de ses parents. Des occupations qui ne l’empêchent pas de se poser des questions sur le sujet qui semble monopoliser bon nombre de discussions familiales : la politique.

Difficile pour son père et sa mère de répondre à ses interrogations : "C’est quoi la gauche ? Il sert à quoi le Président ? Et la démocratie, ça veut dire quoi ? Pourquoi tu n’aimes pas untel ou untel ?" "On essaie de trouver les mots, mais ça n’est pas du tout évident", témoigne son père.

Un embarras que même les candidats à l’élection présidentielle éprouvent, en témoignent leurs hésitations lorsqu’ils se retrouvent face à des enfants dans l’excellente émission Les candidats au tableau diffusée sur C8. Pourtant, assure Denis Langlois, auteur de l’ouvrage La politique expliquée aux enfants, (Les éditions SCUP), "la politique concerne les enfants autant que les adultes, elle est de tous les âges, elle est tout simplement la vie, notre vie". (...)

.

MARQUE PAGES (l’édition en questions) Blog de Seb.P sur 20 MINUTES, 5 avril 2017, "Ces livres qui expliquent la politique… aux enfants"

On connaît déjà les livres politiques publiés pour accompagner une campagne électorale, on connaît moins les livres destinés à la jeunesse et qui permettent de comprendre le fonctionnement de nos institutions et celui du monde politique...

...Pour compléter la liste on peut également citer le livre de Denis Langlois paru en 1983, « La politique expliquée aux enfants », illustré par Plantu, et édité en italien, espagnol, coréen, mais depuis introuvable dans sa version française. Son auteur, profitant de cette année électorale a décidé de le mettre à jour et de créer un site où il est désormais accessible gratuitement : la-politique-expliquee-aux-enfants.fr. Cette initiative fait aussi l’objet d’une campagne de financement participatif sur Ulule pour rééditer le livre en version papier.

.
CLASSETICE (le numérique au service des apprentissages), blog de Christophe Gilger, avril 2017, "42 ressources numériques pour aborder les élections présidentielles en classe"

La politique expliquée aux enfants (et aux autres) : un site, un livre, un forum...

« La politique, ce n’est pas de ton âge. Tu t’en occuperas plus tard, quand tu seras grand, quand tu pourras voter. » Combien de fois n’as-tu pas entendu ces phrases, parce que tu posais une question embarrassante ou tu t’intéressais de trop près à une émission de télévision ou à un blog sur Internet.

.

LIBFLY (Réseau social des lecteurs), avril 2017, billet de L. Breuil :

SCUP, un petit libraire se lance dans l’édition

Michel Lebailly, libraire à Caudebec-en-Caux après avoir tenu la librairie Goscinny à Paris, a décidé de se lancer dans l’édition de façon originale. A l’occasion des élections, il publie une nouvelle édition entièrement actualisée d’un classique de la littérature jeunesse : La Politique expliquée aux enfants (et aux autres) de l’avocat Denis Langlois, spécialisé dans la défense des droits de l’homme, et du dessinateur Plantu (Oui, le caricaturiste du Monde et de L’Express). Le livre est vendu à un prix "démocratique" : 7 Euros pour 140 pages. Mais, en plus, pour ceux qui seraient fauchés ou un peu radins, il peut être lu gratuitement sur le site : la-politique-expliquee-aux-enfants.fr . On y trouvera aussi quelques bonus.

Les enfants (et les plus grands) n’auront plus d’excuses s’ils ne sont pas bien informés sur les rouages de la politique, s’ils ne savent pas différencier leur droite de leur gauche. Un coup d’oeil à la table des matières : le livre leur parle du pouvoir, des opinions politiques, des partis, des médias, de la police, de la justice, des guerres, des inégalités ou de la pollution. Pour ceux qui voudraient aller plus loin, il y a même des extraits de la Convention internationale des droits de l’enfant.

Bref, un livre passionnant à lire d’urgence, pour en discuter avec les copains et copines, avec ses parents, avec tout le monde. Un bouquin pour ne pas grandir et vivre idiot. Une initiative éditoriale à encourager par ces temps où la librairie a bien du mal à résister.

.

SLATE.FR, 20 avril 2017, article de Béatrice Kammerer "Tout aussi tabou que parler sexualité avec ses enfants, leur dire pour qui on vote à la présidentielle : Et si on apprenait à mieux parler politique à nos enfants."

Expliquer la gauche et la droite
Parmi les performances de cette campagne présidentielle, l’histoire parentale retiendra peut-être celle d’Emmanuel Macron qui, invité de l’émission « Présidentielle : candidats, au tableau ! » a su relever le défi de décrire en moins d’une minute les différences entre la droite et la gauche : « La droite, c’est une famille politique française pour laquelle le plus important c’est sans doute la liberté, et la gauche c’est une famille politique française […] pour laquelle le plus important c’est sans doute l’égalité. [Pour la droite, le plus important] c’est que les gens soient libres, et il y en a qui vont réussir et d’autres pas, tant pis. [Pour la gauche, le plus important] c’est que les gens soient égaux mais ils ne sont pas forcément libres. » La vidéo est très efficace, et a logiquement fait le buzz... tout en permettant aux parents de préparer leurs antisèches en prévision de la prochaine interro enfantine.

Emmanuel Macron n’était pourtant pas le premier à aborder le sujet. Dès 2002, l’avocat et écrivain Denis Langlois avait proposé dans son petit livre récemment réédité La politique expliquée aux enfants (et aux autres), une autre analyse de ces divisions :
« En simplifiant énormément les choses, on peut dire que les gens de droite pensent que les inégalités qui existent entre les hommes ont toujours existé et existeront toujours. [...] C’est même ce qui fait progresser la société, car cela crée une compétition entre les êtres humains. […] Les gens de gauche, eux, parlent de changer la société, de la faire progresser vers plus de justice. »

.

.

DICOCITATIONS. LEMONDE.FR, avril 2017 : Qui a dit "Affirmer "Moi, je ne fais pas de politique", c’est comme dire "Moi je ne respire pas !" ?.

.

.

.

LA MONTAGNE, 16 avril 2017, article de Jean-Luc Chabaud "La politique, c’est de tous les âges"

.

LE POPULAIRE DU CENTRE, 16 avril 2017, interview de Denis Langlois par Jean-Luc Chabaud.

.

UNION PACIFISTE, (journal de la Section française de l’Internationale des résistants à la guerre), avril 2017.

.

PDF - 297.6 ko

L’ÉVEIL DE LA HAUTE-LOIRE, 20 avril 2017, "Vient de paraître : La Politique expliquée aux enfants, par Denis Langlois, illustré par le dessinateur Plantu" (dossier réalisé par Jean-Luc Chabaud).

.

ÉDUCATEUR (Revue suisse), 21 avril 2017. (Dans la rubrique J’éduque, donc je lis animée par Etiennette Vellas.)

Ce livre en est à sa quatrième édition : c’est dire son succès. La mouture de 2017, entièrement revue et actualisée, va encore interpeller beaucoup de lecteurs. Les enfants certes, à qui il s’adresse en priorité, mais aussi tous ceux qui s’interrogent sur leurs convictions. Dire « Je ne fais pas de politique, c’est comme dire, moi je ne respire pas ! » souligne l’auteur. Qui certes ne cache pas que ses sympathies vont à gauche (il dit aussi se méfier du centre, toujours trop neutre selon lui). Denis Langlois explique donc en une dizaine de chapitres comment devrait réagir tout individu face aux grands problèmes de notre époque : le pouvoir, les médias, la sécurité, la justice, les guerres, la pollution, les inégalités entre pays et êtres humains… La générosité étant le maître-mot de son plaidoyer.

.

SFR NEWS, 30 avril 2017, "Oui, on peut parler politique aux enfants !", article de Caroline Franc Desages.

.

LISEZ JEUNESSE, 30 avril 2017, chronique de Philippe Geneste.

Une propédeutique tranquille à la lutte pour l’égalité et contre la soumission

Denis Langlois avait publié aux éditions ouvrières L’Injustice racontée aux enfants, avec des illustrations de Françoise Boudignon, lorsque, en 1983, les éditions Les Lettres Libres de Serge Livrozet publient La Politique expliquée aux enfants. Denis Langlois est un pionnier de ces livres qui notifient, par leur titre argumentaire, le lectorat de l’enfance. Bien des années plus tard, le procédé servira de ligne éditoriale à des collections chez divers éditeurs. C’est ce livre et ses dessins de Plantu, augmenté d’extraits de la convention internationale des droits de l’enfant (signée à New York en 1990) que reprend l’édition SCUP en lien direct avec le site la-politique-expliquée-aux-enfants.fr. Voici comment Denis Langlois nous a explicité la réédition : « SCUP est en fait un ami libraire, Michel Lebailly, qui a décidé de se lancer dans l’édition. Militant pacifiste et écologiste, journaliste associatif, il a tenu une librairie à Paris, aujourd’hui une en Normandie, à Caudebec-en-Caux. Ayant une formation d’informaticien, il crée aussi des sites d’auteurs sur Internet. Il a notamment réalisé mon site personnel et un site pour le livre "Pour en finir avec l’affaire Seznec". Satisfait de ce dernier qui m’a permis de nombreux contacts avec des lecteurs et plus généralement des personnes intéressées par l’affaire Seznec, je lui ai demandé de créer un site consacré à "La Politique expliquée aux enfants" où je voulais publier intégralement et gratuitement le texte actualisé et les illustrations de Plantu. C’est ce qu’il a fait, mais il a trouvé dommage qu’il n’y ait pas un livre-papier correspondant à un prix "démocratique". Voilà pourquoi tu as ce livre entre les mains. C’est un pari que nous tentons. Les éditeurs font généralement le contraire : ils éditent un livre-papier, puis en proposent une version numérique un peu moins chère. Notre démarche militante est différente ».
En cette période électorale, l’ouvrage possède une pertinence certaine. Toute identification à une personne est une propédeutique au développement du pouvoir coercitif. Croire que le prestige de la loi s’explique par le prestige de la personne de qui nous la tenons relève en effet de la personnalisation du pouvoir.
C’est une désintoxication au commandement dont les êtres humains ont véritablement besoin pour se dresser en travers des volontés de puissance et de guerre. Toute guerre a pour racine la volonté de la domination, de l’accaparement de territoires ou de richesses, bref, toute guerre est intimement liée au désir de possession donc, aussi, à la propriété : « on se bat encore pour l’honneur, pour la gloire, pour le drapeau, pour la patrie, pour la religion. Parce qu’on se croit supérieur aux autres, parce qu’on ne supporte pas qu’ils soient différents de nous, parce qu’on souhaite les dominer ». La hiérarchisation des êtres se lit dans la hiérarchisation des fonctions sociales, des métiers, des salaires, des langages. La hiérarchisation c’est le révélateur légitimant de l’injustice. Elle fonde la compétition dont l’économie et le sport sont les deux propagandistes les plus acharnés. Contre la tyrannie de l’opinion dominante érigée en vérité, le principe à appliquer c’est de faire ce que l’on dit et de dire ce que l’on fait, le principe n’étant réel que si les deux orientations, celle du dire au faire et celle du faire au dire, sont effectivement présentes dans nos actions.
Le livre est porté par l’espoir que change « la manière dont les hommes vivent sur la Terre ». La vie en proximité, est évoquée, en ce qu’elle pourrait permettre à chacun et chacune de coopérer, hors toute hiérarchie des tâches, à la vie sociale et au combat contre les inégalités et les aspirants et aspirantes hiérarques. Pour autant, cet espoir ne peut trouver ancrage que s’il englobe la dimension internationale, car « aussi longtemps que ceux qui ont eu la chance de naître dans les pays riches se considéreront comme supérieurs, aucun progrès ne sera possible ».
Ce livre est un chef d’œuvre en ce qu’il parle vraiment aux enfants, qu’il leur est accessible et ne verse jamais dans la mièvrerie ou les bons sentiments qui nuisent à tant d’ouvrages de la bien-pensance pour la jeunesse. De plus, il met en pratique une définition magnifique de la lecture : « En fait, ce ne sont pas les livres qui sont importants. Mais ce qu’on pense, ce qu’on rêve, ce qu’on fait après les avoir lus ».

Philippe Geneste

.

BLOG VIVEMENT L’ECOLE !, 1er mai 2017, reprise de l’article "42 ressources numériques pour aborder les élections présidentielles en classe" publié par ClasseTICE.

.

.

SILENCE, juin 2017

■ Ce livre connaît un succès de longue date et fait
donc l’objet d’une quatrième édition.
Il a été traduit en plusieurs langues. Pour rappeler
que la politique, ce ne sont pas que les élections
(et leurs promesses), mais la manière de s’organiser
entre humains pour essayer de construire un monde
où nous serons plus libres et plus égaux.

.

CFDT MAGAZINE, juin 2017.

.

BABELIO, 17 juin 2017.

.

.

.

GROUPE FRANÇAIS D’ÉDUCATION NOUVELLE, "Boîte à lire" de juin 2017.

.

CANALBLOG. (Blog de Sophie Bonheur), 1er juillet 2017.

.

Guinée7.com, le 6 août 2017, Ibrahima S. Traoré reprend un extrait de "La Politique expliquée aux enfants" pour critiquer l’ancien ministre Makanera :

Makanera a menti, mentira donc.

Alhousseine Makanera, ancien ministre de la Communication nous disait : ‘‘Les rêveurs n’ont qu’à continuer à rêver, la marche du régime d’Alpha Condé est infernale. On ne fera plus un pas en arrière. Nous ferons en sorte que la Guinée soit la vitrine de la démocratie africaine’’ ; ‘‘la fin de la démocratie en Guinée, c’est quand Cellou Dalein Diallo accède à la magistrature suprême’’ ; ‘‘Dans le fief de la principale formation politique de l’opposition, on n’ose pas critiquer le leader. Si demain il arrivait à la présidence de la République, je crois que ça sera la fin de la liberté d’expression’’. A l’époque le bulldozer d’Alpha Condé, faisait croire qu’après Dieu, c’est celui-ci. Il mentait résolument.
Il l’a reconnu au siège de l’UFDG, parti qu’il drague, depuis son éviction du gouvernement : ‘‘j’ai menti et fait mentir beaucoup de Guinéens.’’
Peut-être qu’il mentait en disant qu’il a menti. Car comme le dit un proverbe, ‘‘Qui a menti mentira’’.
Aujourd’hui Makanera ne tarit pas d’éloges à l’égard de Cellou Dalein qu’il espère voir président en 2020. Il dit qu’il est son griot. Et lui dédie en conséquence les chansons de geste. Mais mérite-t-il d’être cru dans cette nouvelle démarche ?
Valait mieux pour Makanera de se taire que de mentir, le plus souvent inutilement. Dans La Politique expliquée aux enfants (et aux autres), Denis Langlois disait comme s’il s’adressait directement à Makanera : ‘‘Il t’est certainement arrivé de mentir inutilement et de te trouver empêtré dans ton mensonge sans pouvoir t’en sortir. Au départ, c’était un tout petit mensonge et cela prenait peu à peu d’énormes proportions, comme lorsqu’on fait une tache sur son cahier et que l’on essaie maladroitement de la gommer. Au lieu de disparaître, elle grandit et bientôt on ne voit plus qu’elle.’’

.


RADIO TÉLÉVISION SUISSE, 10 novembre 2017. Interview dans l’émission "La ligne de cœur" de Jean-Marc Richard et Stéphane Thiébaud, sur le thème Les jeunes et la justice.)

.



Tu veux réagir ? poser une question ?