la politique
expliquée aux enfants
(et aux autres)

un livre de Denis Langlois

Extraits de la Convention internationale des droits de l’enfant


(signée à New York le 26 janvier 1990)

Article 7 : Tout enfant a droit à un nom et une nationalité.

Article 9 : Un enfant ne doit pas être séparé de ses parents, contre leur gré, à moins que les autorités compétentes ne décide que cette séparation est nécessaire dans l’intérêt supérieur de l’enfant, par exemple lorsque les parents maltraitent ou négligent l’enfant.

Articles 12 et 13 : L’enfant qui est capable de discernement a le droit d’exprimer librement son opinion sur toute question l’intéressant. L’exercice de ce droit ne peut faire l’objet que des seules restrictions prescrites par la loi, notamment afin de respecter les droits et la réputation d’autrui ou la sauvegarde de l’ordre public.

Articles 14 et 15 : L’État respecte le droit de l’enfant à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Il lui reconnaît la liberté d’association et de réunion pacifique. Les seules restrictions sont celles prescrites par la loi et qui sont nécessaires dans une société démocratique.

Article 16 : Nul enfant ne fera l’objet d’immixtions arbitraires ou illégales dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance, ni d’atteintes illégales à son honneur et à sa réputation.

Article 17 : L’État doit veiller à ce que l’enfant ait accès à une information provenant de sources nationales et internationales diverses.

Article 19 : L’enfant doit être protégé contre toute forme de violence, de brutalités physiques ou mentales, d’abandon ou de négligence, de mauvais traitements ou d’exploitation (économique ou sexuelle).

Article 24 : L’enfant a le droit de jouir du meilleur état de santé possible et de bénéficier des services médicaux et de rééducation.

Article 28 : L’État reconnaît le droit de l’enfant à l’éducation. Il prend des mesures pour encourager la régularité de la fréquentation scolaire. Il veille à ce que la discipline scolaire soit appliquée d’une manière compatible avec la dignité de l’enfant.

Article 29 : L’éducation de l’enfant doit avoir pour but de favoriser l’épanouissement de sa personnalité et le développement de ses dons et de ses aptitudes mentales et physiques.
Elle doit viser à inculquer à l’enfant le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, le respect de ses parents, de sa langue, de ses valeurs culturelles, quel que soit le pays dont il est originaire.
L’éducation doit préparer l’enfant à assumer les responsabilités de sa vie dans une société libre, dans un esprit de compréhension, de paix, de tolérance, d’égalité entre les sexes et d’amitié entre tous les peuples.
Elle doit inculquer à l’enfant le respect du milieu naturel.

Article 31 : L’État reconnaît à l’enfant le droit au repos et aux loisirs, le droit de se livrer à des activités récréatives propres à son âge, et de participer librement à la vie culturelle et artistique, dans des conditions d’égalité.

Article 32 : L’enfant ne doit être astreint à aucun travail comportant des risques ou susceptible de compromettre son éducation ou de nuire à sa santé ou à son développement physique ou mental.

Article 33 : L’État doit protéger les enfants contre l’usage illicite de drogues et empêcher qu’ils ne soient utilisés pour la production et le trafic de ces substances.

Article 37 : Nul enfant ne doit être soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Article 38 : L’État prend toutes les mesures possibles pour veiller à ce que les personnes n’ayant pas atteint l’âge de 15 ans ne participent pas directement aux guerres et notamment ne soient pas enrôlées dans les armées. Les enfants touchés par un conflit armé doivent bénéficier d’une protection et de soins particuliers.

PDF - 52.9 ko


Tu veux réagir ? poser une question ?